JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Top

Prises de position

Position relative au concept pour le castor

09. October 2015

ChasseSuisse a eu l'opportunité de collaborer au nouveau concept pour le castor et de prendre position sur l'ébauche du projet.

ChasseSuisse ne ménage pas ses efforts afin de préserver la biodiversité et la variété des espèces en Suisse, maintenant et à l'avenir. Le castor doit être considéré comme faisant partie intégrante des espèces autochtones en Suisse dans la mesure où il arrive sur le territoire suisse librement et où il repeuple ses espaces naturels de lui-même. L’urbanisation importante en Suisse et l'exploitation agricole entraînent régulièrement des incidents avec les castors ce qu’il faut accepter si on veut avoir des castors «libres» en Suisse.

Le castor était présent naturellement en Suisse dans le passé avant d'être éradiqué. Les castors, présents en Suisse aujourd'hui, proviennent de lâchages effectués dans les années 1956 à 1977. Si nous voulons que le castor soit présent dans notre nature, ceux qui ont procédé au lâchage et les administrations, qui ont donné les autorisations nécessaires, doivent assumer leurs responsabilités quand il est question des dommages occasionnés par la présence des castors. Différents cantons financent les dommages causés par les castors via les caisses cynégétiques. Les dommages sont donc en fait financés majoritairement par les chasseurs, ce qui est incompréhensible pour une espèce sauvage protégée. Ainsi, ChasseSuisse est d'avis que les frais occasionnés par les castors, que ce soient par des dommages directs ou des frais liés à la prévention desdits dommages, particulièrement ceux liés à la modification des paysages dans le cadre de la revitalisation des rivières/fleuves, devraient être intégralement financés par l'État fédéral ou être pris en charge par les moyens disponibles pour la protection de la nature.

 

L'ébauche, présentée dans le cadre du concept pour le castor, contient de nombreuses instructions judicieuses pour la façon de se comporter avec cette espèce. Mais à notre avis, le concept devrait être mieux adapté à l'avenir pour pouvoir affronter les conflits croissants auxquels il faut s’attendre. L'ébauche du concept pour le castor est trop fortement axée sur la protection du castor. Il faut accorder davantage d'importance à la prévention des dommages. Des castors ont été réintroduits en Suisse pendant environ 20 ans. Ces animaux se sont parfaitement adaptés dans des endroits adéquats et n'ont quasiment pas occasionné de conflits. Dans les 20 à 30 années qui ont suivi, le castor s'est largement répandu dans les espaces vitaux où ils trouvaient des conditions adaptées et où les problèmes occasionnés étaient rares. Mais cette phase est terminée. Les castors ne trouvent plus de biotopes adaptés à leurs besoins de façon optimale. Les conflits ne cessent d'augmenter et des interventions seront donc inévitables. Pour que le concept pour le castor puisse être vraiment efficace, il faut présenter des scénarios tenant compte des mesures nécessaires. Il ne faut pas exclure d'avance des zones non bâties pouvant accueillir des castors. L'ajustement /les modifications du statut de protection du castor ne devraient pas être oubliés et être présentés dans le concept.

La lutte contre les dommages et la prévention ne peuvent pas incomber uniquement aux propriétaires des terrains ou aux exploitants. L'ordonnance sur la régulation des populations de chamois a permis de trouver une bonne solution pour exploiter une espèce protégée de façon judicieuse. ChasseSuisse propose d'adopter une ordonnance similaire pour le castor afin de pouvoir procéder éventuellement à une régulation dans les populations saines.

ChasseSuisse est soutenue par: