JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Top

Positions

Effets des éoliennes sur les mammifères terrestres

09.10.2015

En Suisse, conformément à la stratégie énergétique 2050, l'énergie éolienne doit être étendue massivement pour atteindre une puissance annuelle de 6 TWh (soit 10% des besoins actuels en courant). Cette multiplication par soixante de la puissance actuelle ne pourra être obtenue que si les forêts et d'autres zones sensibles sont inclues dans les sites de production énergétique. Cela occasionne des conflits croissants avec la population concernée et la protection des paysages. Cela renforcera encore davantage les effets négatifs sur la faune qu'on observe déjà aujourd'hui massivement.

Alors que les effets négatifs des éoliennes ont déjà été étudié en détail pour les chauves-souris et la faune aviaire, il n'existe pas d'études correspondantes pour les mammifères terrestres, hormis «l'étude de Hanovre» (pour le petit gibier). Cette lacune doit absolument être comblée avant d'autoriser l'implantation de nouvelles éoliennes dans les forêts et dans d'autres zones sensibles, d'autant plus que des observations en Scandinavie (sur les rennes), en Autriche (sur les cerfs) et au Portugal (sur les loups) démontrent que les éoliennes ont une influence non négligeable sur ces animaux.

Étant donné qu'en Suisse, une étude d'impact sur l'environnement n'est obligatoire qu'à partir d'une puissance installée de 5 MW - ce qui n'est actuellement le cas que pour deux parcs d’éoliennes – il faut également analyser l'influence des éoliennes de petite et moyenne dimension sur la faune locale et régionale. Le fait qu'actuellement, les offices fédéraux (OFEV, OFEN, ARE) estiment que les effets sur les mammifères sont «plutôt peu problématiques», voire que les mammifères ne sont même pas cités dans les documents respectifs, souligne l'importance du rapport exigé dans ce domaine. Nous ne nous expliquons pas non plus le fait que même les corridors faunistiques d'importance nationale ou les zones de tranquillité ne soient pas cités dans les inventaires importants des biotopes et des paysages.

ChasseSuisse a thématisé ce problème et le membre de la présidence et Conseiller national Fabio Regazzi présentera au Conseil fédéral un postulat durant la session automnale des Conseillers fédéraux afin de présenter au parlement un rapport démontrant en détail les effets locaux et régionaux des éoliennes et des infrastructures afférentes sur les mammifères terrestres, en particulier sur les ongulés. Le Conseil fédéral doit en outre expliquer comment empêcher globalement les effets négatifs des éoliennes sur la faune ou du moins comment les minimiser.

ChasseSuisse est soutenue par: